Satisfaction collaborateur : comment la mesurer et l'optimiser ?

Satisfaction collaborateur : comment la mesurer et l'optimiser ?

Prêt à vous transformer avec vos équipes ?Découvrez notre solution maintenantDemandez une démo

Le bien-être et la qualité de vie au travail sont des critères d’évaluation de plus en plus pris en compte en entreprise. En effet, la satisfaction des salariés et leur niveau d’engagement sont un des facteurs déterminants de la réussite d’une entreprise. Comment mesurer et optimiser la satisfaction collaborateur ? 

On vous dit tout sur la mesure de l’engagement et de la satisfaction collaborateur.

 

Qu'est-ce que la satisfaction des collaborateurs ?

Selon le dictionnaire Larousse, la satisfaction est la « joie résultant en particulier de l'accomplissement d'un désir, d'un souhait ». Ainsi, la satisfaction au travail désigne le sentiment qu’éprouve un salarié lorsque le travail qu’il exerce est en adéquation avec ce qu’il souhaite.

On parle aussi d’engagement au travail, alors satisfaction et engagement sont-ils synonymes ? La différence entre satisfaction et engagement d’un collaborateur est une question de niveau : un salarié engagé est non seulement satisfait de son travail mais il s’investit aussi dans la réussite de son entreprise.

Zoom sur les principaux critères de satisfaction au travail !

 

Le cadre de travail

Les conditions matérielles sont un premier critère, concret et tangible, pour évaluer des conditions de travail satisfaisantes. Un environnement de travail appréciable est celui qui garantit aux salariés leur sécurité, bien sûr, mais aussi de l’espace et du confort. Citons également l’importance d’avoir à disposition des ressources satisfaisantes : équipements et outils en quantité et en qualité suffisantes.

Mais cela ne se limite pas au cadre du bureau. En effet, dans un contexte de pleine transformation, et où de plus en plus de salariés se retrouvent en télétravail, il faut prendre en compte l’évolution vers un modèle de travail hybride

 

La charge de travail

Un salarié satisfait accepte sa charge de travail s’il estime que celle-ci est objectivement raisonnable et équitablement répartie dans les équipes. Globalement, il souhaite une charge de travail qui permet un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle.

Une étude de Malakoff Médéric Humanis réalisée par Ifop en 2019 montrait que 36 % de salariés avaient du mal à concilier les deux.

 

Les relations au travail

La dimension sociale occupe un rôle important dans la satisfaction au travail, que ce soit la bonne entente entre collègues ou le respect reçu de la part des supérieurs hiérarchiques. Une infographie réalisée par Topformation.fr révèle que 66 % des salariés sondés estiment qu’il est important d’avoir de bonnes relations avec ses collègues, et 34 % déplorent ne pas se sentir écoutés ni compris par leurs managers.

 

La quête de sens

Cette dimension du travail n’a fait que prendre de l’importance ces dernières années. Une majorité de salariés souhaite aujourd’hui accomplir un travail porteur d’une valeur ajoutée, qui ait du sens à leurs yeux comme une dimension sociale ou environnementale, par exemple. C’est une quête de sens mais aussi de reconnaissance.

 

L’évolution de carrière

Une demande des salariés, notamment les plus jeunes, est de pouvoir évoluer professionnellement, avoir des perspectives de formation pour monter en compétences et acquérir davantage de responsabilités et d’autonomie. Dans l’étude précédemment citée, seules 55 % des personnes interrogées se disent satisfaites de la façon dont leurs compétences sont développées.

Et que ce soit en début de carrière ou avec plus d’ancienneté, la satisfaction des salariés quant à leur rémunération est évidemment un critère qui importe.

 

Comment mesurer la satisfaction des collaborateurs ?

Il n’est plus à démontrer combien la satisfaction des salariés conduit à leur engagement qui lui-même influe sur la réussite de l’entreprise. Aussi, il est important pour un manager de savoir mesurer la satisfaction collaborateur pour établir une sorte de baromètre social de son entreprise.

Dans ce but, les équipes dirigeantes et RH doivent mettre en œuvre une enquête de satisfaction des collaborateurs qui peut prendre plusieurs formes.

Citons deux exemples :

 

L’enquête Pulse mesurer la satisfaction collaborateur

Elle a pour objectif de « prendre le pouls » (« pulse » en anglais) des collaborateurs rapidement et régulièrement. Portant sur un sujet général ou spécifique, elle donne en temps réel des informations offrant une vue d’ensemble sur l’état d’esprit des collaborateurs et leur niveau d’engagement dans l’entreprise.

 

Quelles questions poser dans une enquête Pulse ? 

On privilégie des questions courtes portant sur la satisfaction des collaborateurs concernant leur fonction dans l’entreprise, l’environnement et l’ambiance de travail, la reconnaissance de leur travail, leurs perspectives de carrière, etc. Proposer essentiellement des questions demandant des réponses chiffrées du type : « sur une échelle de 0 à 10, comment jugez-vous… ». Prévoyez environ 10 % de questions ouvertes.

 

À quelle fréquence envoyer un sondage Pulse ? 

Cela dépendra énormément de vos objectifs et de votre stratégie RH en place. Disons qu’un rythme pertinent se situe quelque part entre une enquête hebdomadaire et trimestrielle. Notre petit conseil : pensez à fixer un délai de réponse pour mieux cadrer le sondage.

À qui adresser une enquête Pulse ? 

Là encore, selon les objectifs, elle s’adresse à tous les collaborateurs de l’entreprise ou bien elle cible un service, un type de poste ou un échantillon représentatif.

 

L’eNPS ou Employee Net Promoter Score

Pour mesurer le taux de satisfaction des collaborateurs, saviez-vous qu’une seule question peut suffire ? C’est le rôle de l’eNPS : l’Employee Net Promoter Score.

Le NPS est un indicateur de performance d’abord utilisé pour mesurer la satisfaction client. Une fois appliqué aux salariés d’une entreprise sous l’appellation eNPS, il permet d’évaluer le niveau d’engagement des collaborateurs.

L’unique question posée est la suivante :

"Recommanderiez-vous votre entreprise comme une entreprise où il fait bon travailler ?"

La réponse s’exprime alors sous la forme d’un score allant de 0 (ce n’est pas du tout probable) à 10 (c’est très probable). Un mode de calcul à partir des réponses obtenues permet de mesurer le score de l’entreprise sur ce critère de satisfaction et d’engagement des salariés.

En fonction de leurs réponses, ceux-ci se répartissent en 3 catégories que nous appelons :

- Les « ambassadeurs » : ils ont répondu 9 ou 10 et se révèlent les plus engagés.

- Les « passifs » ont répondu 7 ou 8, un score montrant un engagement modéré.

- Les « non-ambassadeurs » : ils ont donné la note de 6 ou une note inférieure et s’affirment ainsi peu satisfaits et donc vraisemblablement peu engagés dans leur entreprise.

C’est la catégorie dont il faudra tenir compte en stratégie RH pour trouver des leviers d’amélioration du taux de satisfaction collaborateur.

 

Comment optimiser la satisfaction des collaborateurs ?

Une fois évaluée, reste à optimiser la satisfaction collaborateur pour atteindre ses objectifs d’engagement des salariés, dans l’intérêt de tous et la réussite de l’entreprise.

Voici quelques actions à entreprendre pour optimiser la satisfaction de ses collaborateurs :

 

Soigner l’onboarding des nouveaux collaborateurs

L’intégration d’un nouvel employé dans l’entreprise est un moment clé. Elle peut déterminer très tôt le sentiment de satisfaction du nouveau salarié et ainsi sa volonté de s’engager à long terme. 

Il ne s’agit pas seulement de lui réserver un bon accueil, mais aussi de faciliter son installation et son intégration dans l’équipe (tutorat d’un plus ancien, par exemple), et cela quel que soit le mode choisi : en présentiel ou à distance.

 

Favoriser la mobilité interne des collaborateurs

La perspective d’évoluer dans son entreprise est un levier important, notamment pour motiver et fidéliser ses collaborateurs. Des opportunités de formation, une visibilité vers une progression de carrière influent sur l’engagement des salariés.

 

Montrer de la reconnaissance envers ses collaborateurs

Pour fidéliser ses collaborateurs et les motiver à s’engager pour l’entreprise, rien de tel que de valoriser leurs compétences et les associer à des décisions. La reconnaissance pour les efforts accomplis, qu’elle soit symbolique ou matérielle, est un facteur essentiel de satisfaction au travail.

 

Développer la cohésion autour de projets fédérateurs

L’esprit d’équipe et la cohésion nécessaires à de bonnes relations entre collègues peuvent se développer grâce à des événements d’entreprise, des projets RSE ou du team building. Ce sont également des occasions pour chaque collaborateur de voir reconnaître sa personnalité et sa créativité, et pour tous une opportunité d’affermir le sentiment d’appartenance à une même équipe.

 

Améliorez l’environnement de travail

De nombreux aménagements permettent d’améliorer la qualité de vie au travail. On peut citer l’ergonomie des équipements et des espaces de travail, la flexibilité du temps de travail (gestion des pauses, des réunions, télétravail, l'installation de services de conciergerie), etc.

Ainsi, prendre en compte et améliorer la satisfaction des collaborateurs fait entrer l’entreprise dans un cercle vertueux porteur de productivité, d’attractivité et de réputation.

Rédigé par
L'équipe Supermood
L'équipe Supermood
Partager l'article